LE DEFICIT FONCIER  (ART 156.1.3 du CGI)


Les charges déductibles du revenu foncier effacent sans limite de montant les loyers perçus. Elles se répartissent en 3 grandes catégories :

     Les charges liées à la gestion quotidienne du bien : le foncier, l’assurance, la copropriété…
     Les charges liées au financement du bien : intérêts d’emprunt, dossier, hypothèque…
     Les charges liées aux dépenses d’entretien d’amélioration  et de réparation…

Lorsque l’investisseur constate que ses charges déductibles sont supérieures à ses revenus fonciers, il peut déduire de son revenu global le déficit foncier net constaté au titre d’une année, sauf pour la part concernant les intérêts d’emprunt, dans la limite de 10.700 euros. La fraction du déficit supérieure à cette limite, ainsi que celle correspondant aux intérêts d'emprunt, restent imputables sur les revenus fonciers des dix années ultérieures.

 

Contactez-nous rapidement