Défiscalisation : Pourquoi pas les dons ?

Allier l’utile…
Vous pouvez réaliser des dons en faveur des causes qui vous tiennent à cœur et soutenir financièrement des organismes d’intérêt général ou d’utilité publique.
… à l’agréable !
En contrepartie, vous obtiendrez une réduction d’impôt égale à 75 % ou 66 % de votre don en fonction de la nature du bénéficiaire. Suite à la crise sanitaire, le plafond de certains dons a d’ailleurs été rehaussé pour cette année. Ainsi, les dons à des organismes d’aide aux personnes en difficulté, comme par exemple les Restos du Cœur ou la Croix-Rouge, génèrent désormais une réduction d’impôt sur le revenu de 75 %, dans la limite de 1 000 € pour l’imposition des revenus de 2020.
La réduction d'impôt maximum est donc de 750 € (contre au mieux 414 € jusqu’à présent). Si votre don excède ce plafond, le surplus n’est pas perdu. Il ouvre simplement droit à une réduction d’impôt un peu plus modeste : celle des dons « classiques ». Ces dons ouvrent droit à 66 % de réduction et sont retenus dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Les bénéficiaires sont des organismes d’intérêt général établis en France avec un but philanthropique, cultuel, éducatif, scientifique, social, familial, humanitaire, sportif ou culturel etc.

Par exemple, si vous faites un don de 1 500 € au profit d’un organisme qui procède à la fourniture gratuite de repas à des personnes en difficulté, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt sur le revenu de 1 080 € (1 000 € à 75 % et 500 € à 66 %).